2105-005f.jpg

Marie Claudel construit des chansons comme l’on bâtit des maisons : en leur insufflant une vie et avec cette idée que nous puissions, à notre tour, les habiter et les meubler de nos histoires.


Avec à son actif un maxi et un long jeu — Charmant fiel et Ne parle pas aux étranges, respectivement parus en 2016 et 2018 —, l’autrice-compositrice-interprète campivallensienne poursuit sa trajectoire avec adresse et lenteur. Fascinée par les vestiges du temps qui passe et amoureuse de la guitare depuis l’enfance tendre, on la reconnaît à son jeu singulier, étoffé, à la douceur de ses mots et de son timbre de sirène qui entraînent à la manière d’un tourbillon de neige ou d’un pétale dans le vent.


Musicienne estimée par ses pairs et comptant parmi sa garde rapprochée un enviable clan — Jesse McCormack, Jean-Philippe Levac (Pandaléon), Andrew Barr (The Barr Brothers), François Lafontaine (Galaxie), Nicolas Basque (Plants and Animals), Jonathan Arseneau (Bobby Bazini) —, Marie Claudel incarne une contradiction certaine : celle d’une âme vieille et jeune à la fois, celle contre laquelle on a envie de se blottir pour qu’elle nous berce, mais aussi pour la protéger du froid. Comme un roseau délicat dont la tige repousserait sans cesse après la cassure, sa musique juxtapose la résilience et la sensibilité pure. Inspirant l’éther, mais aussi la candeur envolée, l’artiste laisse son sillage là où elle passe, tandis que force et retenue s’alternent les notes de tête et de cœur de sa proposition.


Ayant sillonné le Québec sur les scènes de plusieurs festivals (Santa Teresa, Festival Diapason, Festival Artefact), endossé le rôle de guitariste et bassiste accompagnatrice pour Elliot Maginot, Gab Bouchard, David Giguère et Thierry Larose, en plus d’avoir assuré les premières parties de Fred Fortin, Dumas, Catherine Durand, Catherine Leduc et Matt Holubowski, Marie Claudel promet une suite attendue, sous la forme d’un second album résolu, plus rock, mais toujours folk, prévu pour 2021.

uencé(e) par la culture et les sons de sa ville natale. Dès son plus jeune âge, la musique et les musiciens l'attiraient comme un aimant. Il (elle) maitrise vraiment le pouvoir du son et interprète une musique qui touche le public à travers tout un registre musical.


Son style caractéristique est tout de suite reconnaissable et d'autres musiciens commencent même à l'imiter. Son nom se fait de plus en plus entendre sur la scène nationale, sa carrière est arrivée à un carrefour important qui pourrait le (la) faire apparaître dans les charts internationaux.